Une fois avoir décidé de faire construire sa maison, il faut ensuite démarrer les travaux. Mais par où commencer ? Entre les démarches administratives et la recherche de financement, on se sent rapidement dépassé face à l’envergure du projet. Voici un petit guide des étapes à suivre.

1- Faire construire sa maison : le financement en priorité

Si certains ont la possibilité de financer l’ensemble des travaux avec leurs fonds propres, la grande majorité d’entre nous a besoin d’un prêt bancaire. Dans ce cas, il faudra assurer un apport personnel minimum de 10 % et avoir une capacité d’endettement de 30 % au plus.

financement

Pour alléger un peu plus la facture finale, on peut compter sur diverses aides. Parmi celles-ci, on peut citer le Prêt à taux zéro+ (PTZ+), le Prêt conventionné ou encore le Prêt à l’accession sociale. De plus, les fonctionnaires peuvent bénéficier de taux avantageux auprès des établissements financiers pour faire construire une maison.

2- Choisir le bon terrain pour faire construire sa maison

Pour la recherche du terrain, on devra garder en tête plusieurs critères essentiels. En premier lieu, il conviendra de consulter son certificat d’urbanisme. Celui-ci indique l’état de desserte en termes d’équipements publics et de réseaux. De plus, il renseigne sur les différentes règles d’urbanisme applicables à la future construction. En outre, le vendeur devra obligatoirement fournir une étude de sol.

Il faudra aussi trancher entre faire construire sa maison dans un lotissement ou bien sur un terrain isolé. Le choix dépendra des goûts de chacun. Si nous rêvons tous de vivre dans un endroit protégé des regards indiscrets, un lieu reculé implique d’importants frais pour se raccorder aux différents réseaux (entre 5000 et 15 000 euros). Inversement, opter pour un lotissement permet d’avoir un terrain déjà viabilisé. Cependant, il faudra composer avec les voisins (parfois beaucoup de voisins) et respecter un certain nombre de règles (parfois très strictes).

3 – Obtenir un permis de construire, c’est facile

Le permis de construire est le document qui donne l’autorisation pour commencer les travaux. Légalement, il en faut un pour toute construction supérieure à 20 m2, soit la quasi-totalité des projets de maisons individuelles. Il est généralement délivré par la mairie.

Le recours à un architecte n’est pas nécessaire pour les bâtiments ayant une surface de plancher ne dépassant pas les 150 m2. Pour information, il faut attendre entre 2 et 6 mois avant de l’avoir. Une fois délivré, le sésame a une validité de 2 ans. Si le chantier n’a pas encore débuté au bout de cette période, il faudra demander un deuxième permis.

4- Un contrat de construction pour un chantier sans problèmes

En posant le cadre juridique des travaux, ce document protège le client. Plus précisément, il faudra signer un contrat de construction de maison individuelle (CCMI). Celui-ci est beaucoup plus strict et constitue le rempart le plus efficace contre les dérives des constructeurs (retards, augmentation des tarifs, etc.).

Couramment, ce contrat est fourni avec les plans de l’édifice. Dans le cas contraire, ces derniers sont à réaliser par le client. À part cela, faire construire la maison sera la responsabilité du constructeur. De fait, il devra trouver les artisans pour effectuer les travaux ainsi que le maître d’œuvre pour les superviser. Enfin, pour le délai de livraison, il varie de 9 à 12 mois dans la plupart des cas.

5- À la fin des travaux, il y a encore la réception

Une fois le chantier terminé, la réception des travaux est l’occasion de vérifier s’ils ont été correctement exécutés par le constructeur. De fait, c’est le moment indiqué pour émettre des réserves. Si tel est le cas, il faudra les lister dans le procès-verbal rédigé lors de la visite.

Parfois, il arrive qu’on ne soit pas assisté par un professionnel lors de cette visite. Dans ce cas (et uniquement dans ce cas), on dispose d’un délai supplémentaire de 8 jours pour repérer d’éventuelles malfaçons et émettre ses réserves.

6- Faire construire sa maison : les diverses garanties

Avant, pendant et après le chantier, on dispose de plusieurs garanties quand on fait faire construire sa maison. La garantie de remboursement en cas de versement d’acompte protège les clients ayant versé de l’argent au constructeur s’il y a annulation de contrat avant travaux. Il y a également la garantie de livraison à prix et délais convenus qui assure un chantier bouclé dans les temps et dans le budget. Cependant, pour être valide, il faut qu’elle soit nominative et rédigée sur un document original. La garantie de parfait achèvement est valable 1 an. Tous travaux relatifs à un problème survenu dans l’année après réception seront à la charge du constructeur. La garantie de bon fonctionnement, valable 2 ans, concerne la réparation des équipements dissociables (portes, fenêtres, etc.). Enfin, la garantie décennale a une validité de 10 ans, comme son nom l’indique. Elle tient le constructeur pour responsable des problèmes touchant la solidité de l’édifice ou les équipements liés au gros œuvre.