Les risques liés à l’amiante constituent une des préoccupations majeures des professionnels du bâtiment et des propriétaires immobiliers. Cependant, savez-vous exactement à quels risques vous vous exposez en cas de présence d’amiante sur le chantier ? Savez-vous pourquoi un diagnostic amiante avant travaux ou démolition (DAAT/DAAD) est devenu obligatoire ? Voici les réponses à toutes ces questions !

Un diagnostic amiante avant travaux ou démolition : définition

Ayant une propriété isolante, l’amiante a été beaucoup utilisé dans des travaux de construction. Toutefois, ce matériau a fait l’objet d’une interdiction depuis le 1er juillet 1997 en raison de la découverte des dangers qu’il représente sur la santé humaine.

Autrement dit, tous les biens construits avant cette date peuvent contenir de l’amiante. Donc, pour garantir une meilleure sécurité et une intégrité physique des occupants et des travailleurs sur un chantier de travaux ou de démolition, un diagnostic amiante avant travaux (DAAT) ou un diagnostic amiante avant démolition (DAAD) doit être effectué par un technicien diagnostiqueur certifié.

Cette étape est obligatoire et doit être réalisée avant l’ouverture de chantier. Ainsi, ce diagnostic consiste à rechercher les éventuelles traces d’amiante présentes sur les zones où auront lieu les travaux. L’objectif de ce processus est d’avoir un bilan exhaustif des zones amiantées et des zones non amiantées afin de procéder, si c’est nécessaire, à un désamiantage.

Les dangers et les risques liés à la présence d’amiante

Vous vous demandez certainement quels sont ces risques de l’amiante liés à la santé. D’un point de vue de la science, il a été démontré que l’amiante est toxique pour la santé lorsqu’il est endommagé et/ou divisé en microparticules. Or, c’est le cas lorsque vous allez procéder à des travaux de rénovation ou de démolition d’un bien construit avant 1997.

En prenant cette forme, il devient respirable. Toutefois, notre organisme ne peut pas évacuer les fibres d’amiante et ils vont se stocker dans notre appareil respiratoire. Ces fibres vont causer de nombreuses maladies graves :

L’asbestose

C’est la maladie la plus courante causée par l’inhalation prolongée de poussières d’amiante. Il s’agit d’une fibrose pulmonaire qui se manifeste par une diminution progressive de votre capacité respiratoire. Plus vous vous exposez à l’amiante, plus cette maladie peut devenir mortelle.

Le cancer du poumon

Le cancer de poumon fait partie des maladies causées par l’exposition intensive et répétée aux fibres d’amiante. Il ne se déclare qu’après une vingtaine ou une trentaine d’années. Ce délai devient plus court si la personne concernée est dépendante du tabac.

Les autres maladies provoquées par l’amiante

Il existe d’autres maladies que l’amiante peut causer. À ne citer que le mésothéliome. C’est un cancer de la plèvre ou du péritoine et il peut se développer progressivement suite à une faible exposition à l’amiante. Aussi, l’amiante risque de provoquer le cancer du larynx ou des ovaires. Ce qui rend un diagnostic amiante obligatoire avant le début des travaux ou de démolition.

Un DAAT ou un DAAD : que dit la loi ?

En raison de tous ces dangers de l’amiante, deux décrets ont été publiés en 2017 au Journal Officiel afin de rendre le diagnostic amiante obligatoire avant tous travaux de rénovation et de démolition.

Pour cette dernière, la réglementation impose un désamiantage complet de tout le bâtiment. La liste C, une liste de matériaux définie par le Code de la Santé Publique, définit l’ensemble des Matériaux et Produits Contenant de l’Amiante (MPCA).

Pour des travaux de rénovation, le repérage des MPCA doit être effectué de la même manière que pour un diagnostic avant démolition. La seule différence, c’est que celui dans le cadre de rénovation doit être réalisé dans une zone d’investigation restreinte. Il s’agit seulement des matériaux visés par les travaux prévus et ceux qui pourraient éventuellement être impactés (par exemple : pièces voisines).

D’après ces décrets, le maître d’ouvrage est le seul responsable légal concernant ce sujet. C’est lui qui doit faire la demande d’un diagnostic amiante auprès d’un professionnel certifié par le Comité français d’accréditation (COFRAC). C’est également lui qui doit installer toute signalétique appropriée avant de démarrer le chantier. Ainsi, aucun travailleur ne peut ignorer la présence d’amiante sur les zones signalées.

Selon le Code du Travail, un document de repérage mentionnant la nature, la présence et la localisation des MPCA doivent être transmis aux entreprises ou aux artisans qui doivent intervenir sur le chantier. En cas de manquement à cette obligation, le propriétaire et le maître d’œuvre donneur d’ordre s’exposent à un arrêt de chantier et/ou à une amende de 9000 €.

Vous pourrez retrouver toutes les informations sur le DAAT sur le site d’Allodiagnostic, une entreprise spécialisée dans les diagnostics techniques immobiliers. N’hésitez pas à vous faire accompagner si vous avez prévu des travaux de rénovation ou de démolition.