Déjà avant la première brique, l’architecture bioclimatique aurait dû constituer un puzzle difficile. Le défi est d’assembler un puzzle en essayant de se rapprocher de l’autonomie du zéro impact, qui s’adapte à une large gamme de pièces d’une manière ou d’une autre, en obtenant un résultat plus harmonieux, tout cela en partant exactement du même choix de terrain, de l’orientation, des matériaux utilisés ou nous servant d’exemple, de l’obtention d’une énergie propre. L’objectif de la construction est d’atteindre un confort écologique, l’habitabilité qui produit du bien-être, en minimisant toujours et constamment l’empreinte carbone et toute sorte d’impact environnemental, afin que rien ne soit à envier aux modes de vie basés sur le gaspillage d’énergie. Ce n’est pas en vain qu’au moment de la conception d’une maison, l’efficacité énergétique est un aspect essentiel, bien que l’architecture bioclimatique soit plus que cela. Les maisons bioclimatiques sont une conception intelligente pour gagner en efficacité, en ingéniosité, pour se mettre en perspective et pour rechercher le confort tout au long de l’année. Nous soulevons quelques clés pour la conception d’une résidence bioclimatique au sens large, qui vont être respectées dans la mesure du possible : L’orientation du bâtiment : le but est de profiter au maximum du soleil en hiver et de réduire son impact négatif sur l’hiver, mais les avantages dépendront du genre de l’époque. À cette fin, la façade et la fenêtre la plus large possible guideront le Sud (sud-sud-ouest et sud-sud-est), en gardant à l’esprit que l’Ouest est le plus découragé.

Forme du bâtiment : son architecture, la Maison bioclimatique qui sont de nouvelles constructions doivent avoir la manière qui s’adapte à l’environnement naturel et, en fin de compte, il est recommandé de maximiser l’efficacité énergétique et l’autosuffisance qui doivent être atteints dans les nouvelles maisons. Le plus fréquent est d’avoir une forme compacte et de s’adapter pour mieux préserver l’énergie, puisque la façon dont une Maison détermine en grande partie la consommation d’énergie. Entre autres éléments, la hauteur est déterminante pour une plus grande ventilation, et aussi la façon dont le toit ou la conception du toit pour la collecte solaire sont essentiels. Matériaux utilisés : outre le choix de matériaux écologiques (de faible impact environnemental et non toxiques) par nature, à recycler soit en ayant une faible empreinte carbone grâce à sa proximité, évitant les émissions par les transports, la Maison bioclimatique est aussi une résidence passive. Cela signifie que les éléments édifiants comme les fenêtres, les serres, les murs, les clôtures ou les toits mobiles en profitent pour créer des systèmes solaires passifs et, en général, dans le but de réaliser des économies d’énergie et de confort environnemental. Isolation de qualité : l’utilisation stratégique de la masse thermique pour éviter les changements brusques de température, qui peut être réalisée avec le placement stratégique des smuros, et exactement de la même manière, le complique également l’isolation. Toujours dans cette optique, la ventilation est essentielle. Il faut savoir que le double vitrage et les enceintes mobiles, qui peuvent aller des rideaux aux stores ou aux volets, sont des éléments essentiels. Énergie propre et renouvelable : l’énergie solaire sort de la maison chauffée directement (systèmes passifs) soit par des panneaux, mais généralement pour trouver la combinaison idéale en fonction de chaque cas, avec ce que les options sont nombreuses, comme l’énergie éolienne ou la géothermie, par exemple. La ventilation dans le bâtiment de la santé : non seulement pour la question de la santé, mais plutôt pour prospérer la conservation des températures en hiver et en été. Une stratégie de ventilation combinant leurs 3 types, il naturel, convectif et convectif en loft, est la clé pour chauffer la résidence et, de sa part, pour les préserver des températures agréables dans la maison, en leur échappant ou en minimisant les pertes. fenêtres et lumière : dans les zones chaudes, il est recommandé de multiplier le nombre d’avantages pour obtenir la lumière naturelle et la ventilation, plus au moment où celles-ci devraient inclure des protections. Ils seront plus efficaces de l’extérieur vers l’intérieur pour éviter le passage de la chaleur et, en règle générale, les boulons de tête doivent jouer avec différents éléments, tels que les balcons, la taille des fenêtres, le nombre, l’emplacement, et aussi l’inclinaison, pour nous servir d’exemple, en plus de les compléter avec la proximité des arbres permanents soit à feuilles caduques ou des murs et des toits verts, le cas échéant. Le jardin n’est pas seulement autour de la maison : les jardins sont également verticaux, couverts de verdure ou de plantes ornementales, le verger est organique et/ou les arbres, leur choix et leur conception s’accordent avec la conception générale de la résidence. Une bonne conception pourrait donner la priorité aux espèces en fonction de leur adaptabilité à l’environnement (les plantes indigènes ont tendance à être plus simples à entretenir et il serait intéressant de planter des espèces menacées), de son besoin d’irrigation, de sa durabilité et de la création d’un petit écosystème qui attirera la biodiversité. Il est également essentiel que ces éléments soient prédisposés et que les boulons de tête soient proches, pour le meilleur et pour le pire.

L’habitabilité là où les maisons doivent vivre : une maison bioclimatique précise d’une attitude engagée avec l’environnement pour l’énergie ; que ce soit vraiment, la conception a qui s’en occupe. Connaître les coutumes et le mode de vie de leurs habitants peut faire une grande différence dans ce sens, mais toujours et en toutes circonstances va être précis une bonne attitude. Sinon, le travail en grande partie architectural aura été vain. Économie d’eau : doit envisager avec les besoins et les bonnes pratiques, certainement, plus de temps est essentiel de recourir à des systèmes de stockage d’eau, tels que les barils d’eau qui sont installés dans le jardin, et la collecte de l’eau des tuyaux de descente soit des réservoirs souples qui ont stocké.

10 AVANTAGES DE CONSTRUIRE UNE MAISON AVEC UNE ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE

La maison passive ou Passivhaus est un standard de construction qui est apparu en Allemagne au début des années 90. Son secret est de combiner un confort intérieur élevé avec une très faible consommation d’énergie, presque nulle, et à un prix très abordable qui permet d’amortir la différence d’investissement par rapport à un bâtiment normal en très peu de temps.

Les bâtiments passifs utilisent une architecture bioclimatique combinée à une haute efficacité énergétique. Minimisant l’utilisation des systèmes de chauffage et de refroidissement conventionnels, les bâtiments sont conçus pour maximiser la lumière et le rayonnement solaire, avec une isolation élevée et un renouvellement de l’air par un système de ventilation avec un récupérateur de chaleur.

Il s’agit d’un concept énergétique applicable à tout type de conception architecturale et à tout système de construction. Connaissez certains de ses avantages :

1. Conception bioclimatique

Un aspect fondamental pour un bâtiment efficace est une bonne étude du climat, de l’orientation, du facteur de forme, du volume, de la capture du rayonnement solaire en hiver et de sa protection en été, des ombres que le bâtiment aura et de l’effet qu’il aura sur vous.

2. Une isolation thermique élevée

Un bâtiment mal isolé consomme jusqu’à 30 % d’énergie en plus. Une bonne isolation réduit les pertes de chaleur en hiver et les profits en été et, par conséquent, la demande d’énergie pour la climatisation.

3. Suppression des ponts thermiques

Une couche d’isolation continue, sans interruption et sans affaiblissement, évite les ponts thermiques, si fréquents dans les bâtiments conventionnels et qui sont à l’origine d’une grande partie des pertes de chaleur dans les bâtiments.

4. Fenêtres à haute performance

Les fenêtres sont l’élément le plus faible de l’enveloppe d’un bâtiment. Entre 25 et 30 % des dépenses de chauffage sont dues aux pertes de chaleur des fenêtres. Une bonne qualité de celles-ci et une installation correcte sont fondamentales pour une haute efficacité énergétique.

5. Récupération de la chaleur

La ventilation mécanique permet un renouvellement continu de l’air intérieur. Grâce à un récupérateur de chaleur, l’air qui, par exemple, peut entrer un jour d’hiver à 0° en se croisant (sans se mélanger) avec celui qui sort à environ 22°, produit l’énergie interne transformant le 0° en environ 18°, en fonction de l’efficacité du récupérateur et sans aucun système de chauffage.

6. Étanchéité à l’air

Dans les maisons passives, l’étanchéité à l’air est assurée par le scellement de tous les joints entre les différents matériaux du bâtiment. De cette manière, il n’y a pas d’infiltrations d’air indésirables dans le bâtiment.

7. Confort

Pour l’homogénéité des températures intérieures, pour l’isolation acoustique élevée et pour la qualité de l’air (en rénovation et filtration continues, donc sans CO2, COV, poussière, saleté, pollen, …).

8. Santé

L’air filtré empêche la présence de poussière et de pollen, ce qui réduit les réactions allergiques. La faible concentration de CO2 et de COV réduit la sensation de fatigue, certaines affections telles que les maux de tête, l’irritation des yeux, du nez, de la gorge, la sécheresse du système respiratoire et certaines maladies.

9. Efficacité, durabilité et rentabilité

Efficace grâce à une faible consommation d’énergie et, par conséquent, économique. Durable parce que le CO2 qui cesse d’émettre une maison passive de 350m2 en un an équivaut à celui qui absorbe environ 1 000 arbres en un an. Un bâtiment construit selon la norme Passivhaus a un supplément de construction entre 5 et 10 % plus élevé, mais il est rentable entre 5 et 10 ans grâce aux économies d’énergie et à l’entretien.

10. Certification

Les tests techniques et la certification sont la dernière étape pour pouvoir dire qu’un bâtiment est construit selon les normes Passivhaus. C’est la seule garantie que le bâtiment est conforme aux exigences établies par l’Institut Passivhaus d’Allemagne et le niveau de confort intérieur et la qualité énergétique de la construction envers le client.